Monthly Archives: dcembre 2015

La SOCAN à Los Angeles : bâtir notre communauté

LosAngeles_CST publié 12/4/2015

Par Chad Richardson

Je vis à Los Angeles depuis 15 ans maintenant, et le temps file à une vitesse incroyable. Comme je le dis souvent, il m’a fallu 14 ans pour apprécier cette ville, alors j’aime bien dire que je profite pleinement de cette première année où j’apprécie Los Angeles.

Un jour, alors que j’avais été invité à participer à un panel de discussion, on m’a demandé quelle était la différence entre L.A. et Toronto. Ma réponse a été toute simple et, pour dire vrai, elle représente la différence entre L.A. et n’importe quelle autre ville. L.A. est le seul endroit au monde où vous atteignez un certain stade dans votre carrière et vous ne vous dites pas « Ben voilà, je suis plafonné, il est temps de déménager ailleurs… » Lorsque vous êtes à L.A., « sky is the limit ». Toutefois, la ville des anges est aussi la ville des angles. Tout le monde a un motif ultérieur et il peut parfois être difficile de naviguer dans ces eaux troubles.

Lorsque j’ai demandé à me joindre à la SOCAN, il y a deux ans, l’emploi pour auquel je croyais postuler n’était pas tout à fait celui que j’ai finalement accepté. Cela est dû en grande partie au fait que ce que nous voulions accomplir en tant qu’organisation a énormément changé depuis. La division des services aux membres était en pleine métamorphose : nous voulions plus simplement être le partenaire d’affaires de nos membres, nous voulions devenir leur partenaire créatif, également.

Nous voulions devenir un partenaire qui participe activement à tout l’écosystème musical en aidant nos membres créateurs à passer au niveau supérieur de leur art tout en les aidant à établir des liens avec les autres membres, créateurs et éditeurs, et le reste de la grande communauté musicale. Voilà précisément ce qui fait que j’adore mon travail au sein de la SOCAN. Or pour bon nombre de gens, cela signifie se rendre à Los Angeles. Toute mon attention est dédiée à aider nos membres à faire la transition vers Los Angeles et à poursuivre mon travail en tant que ressource d’information et partenaire d’affaires et de création, sans oublier, la plupart du temps, le fait d’être un visage familier qui les accueille. Je ne suis pas peu fier de pouvoir affirmer que la liste des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique qui sont venus ici pour explorer le marché et qui n’ont pas eu à le faire seuls est très longue.

S’il y a une chose dont je suis absolument certain, c’est que L. A. n’est jamais la ville à laquelle vous vous attendiez. C’est n’est pas un centre urbain où, à l’instar de Toronto ou New York, tout est à quelques minutes de distance. Los Angeles est une immense agglomération de zones urbaines et banlieusardes. On y trouve des enclaves pour tous les goûts musicaux qui existent pour la plupart en autarcie totale les unes par rapport aux autres et dont les frontières économiques et sociales sont très imperméables. Cet aspect de la ville peut très souvent en faire un endroit où l’on se sent très seul, et c’est pour cette raison que je dis souvent à nos membres de revenir au moins 4 ou 5 fois sur une période d’un an avant de déménager afin de commencer à construire un tissu social et de ne pas tomber das le piège de L.A.

C’est également pour cette raison que bâtir notre communauté a été d’une telle importance. On compte désormais 400 membres actifs de la SOCAN dans la région de Los Angeles. On retrouve de tout dans cette communauté : des créateurs établis tels que Stephan Moccio, Simon Wilcox, Keith Power, Jeff Danna et Henry « Cirkut » Walter?; des créateurs de la nouvelle vague tels que xSDTRK, Arthur McArthur, Rachel Kennedy, Sophie Rose, Maggie Szabo et Clare Reynolds, ainsi qu’un important contingent de créateurs qui partagent leur temps entre L.A. et le Canada, comme Jeff Toyne et Laurell. Mai le fait même de dresser une telle liste m‘apparaît futile puisqu’il ne s’agit là que d’une infime portion des gens que je rencontre en tant que pilier de la SOCAN à Los Angeles.

Nous avons mis sur pied de nombreux programmes et événements au cours des deux dernières années afin de bâtir cette communauté. La deuxième édition de notre Grande fête du 1er juillet pour la famille et les amis a été un immense succès et l’événement a désormais une résidence permanente au magnifique Sunset Marquis Hotel. Nous avons également tenu notre toute première assemblée publique pour les membres de la SOCAN la veille de cet événement, toujours au Sunset. Le nombre de contacts durables entre nos membres qui ont été créés lors de ces deux événements est incalculable et il va grandissant. Au cours de la dernière année, la SOCAN est devenue le partenaire du consulat général du Canada pour la présentation d’une soirée pré-Grammy où nous célébrons la crème de la crème de l’industrie canadienne de la musique.

En ce qui a trait au domaine créatif, la SOCAN ne subventionne plus seulement des ateliers de création, mais elle a lancé son propre atelier annuel de création, k?.n?kt. La première édition a eu lieu en Nouvelle-Écosse et elle m’a donné l’opportunité de visiter le Canada et de contribuer à ce qui me passionne par-dessus tout en compagnie d’artistes au talent renversant. Six des participants étaient des artistes installés à Los Angeles et ils ont poursuivi leur collaboration une fois de retour à la maison.

Tous ces programmes et activités vont continuer de grandir et, pendant ce temps, il n’est pas question de ralentir la cadence. L’an prochain, nous prévoyons mettre sur pied une vitrine SOCAN locale trimestrielle qui servira non seulement de tremplin aux membres SOCAN en visite à Los Angeles pour l’occasion, mais également aux membres déjà établis ici et qui ont toujours besoin de notre soutien indéfectible. Quant à nos membres compositeurs du domaine de la télé et du cinéma, nous prévoyons la mise sur pied de séminaires et de séances de mentorat présentées par nos membres AV les plus en vue. Ces séminaires seront bien plus que de très utiles séances d’information?; ils constitueront une opportunité en or de rencontrer et tisser des liens avec des directeurs musicaux, impresarios, producteurs et réalisateurs de l’industrie.

Parmi les autres choses dont je retire beaucoup de fierté depuis deux ans est notre Maison SOCAN, qui, au début, n’était qu’une chambre à louer et que nous avons depuis transformé en un appartement complet à l’image de la SOCAN et où de l’excellente musique est créée. Désormais équipée pour que l’on puisse y enregistrer, la Maison n’est plus simplement qu’un endroit où dormir, mais un véritable espace de travail, et j’ai été impressionné à plus d’une reprise par la qualité des talents qui y ont défilé. Et je ne parle pas uniquement d’auteurs et de compositeurs, mais également de membres éditeurs qui étaient de passage à L.A. pour y élargir leur marché. Un éditeur canadien y est récemment descendu pendant toute une semaine de réunions et de rencontres afin de partager son catalogue. En d’autres mots, la Maison SOCAN est un véritable centre de créativité et d’affaires pour nos membres de passage à Los Angeles. Nous continuerons à y apporter des améliorations au cours de la prochaine année en y ajoutant des équipements afin d’en élargir encore plus les possibilités.

Difficile de résumer deux années dans un court billet de blogue. Nous avons parcouru tant de chemin en tant que communauté d’auteurs, de compositeurs et d’éditeurs de musique. Le Canada aussi a parcouru énormément de chemin et nous sommes actuellement témoins d’une véritable révolution dans la musique canadienne. Nous sommes en train de conquérir le monde. Shawn Mendes, Allessia Cara, Tobias Jesso Jr., The Weeknd, Drake, MAGIC!… et la liste est encore bien plus longue?! Je suis fier d’être canadien et je suis fier de diriger la SOCAN à Los Angeles.

N’hésitez surtout pas à communiquer avec moi. Je suis toujours là pour vous et ça ne changera jamais.